Québec

Le Château Frontenac et la terrasse Dufferin

Le majestueux Château Frontenac
(avec son impressionnante terrasse Dufferin)

(Au 21e siècle)

Maintenant que nous avons examiné la plupart des sections du Mur fortifié du Vieux-Québec au 21e siècle, regardons à sa toute dernière section, laquelle combine : le majestueux hôtel Château Frontenac et son impressionnante terrasse Dufferin, une promenade couvrant une distance de 434 mètres (0,27 mille ou 1 425 pieds). Ces structures offrent toutes deux une vue exceptionnelle sur le fleuve Saint-Laurent, une vue qui s'étend sur des dizaines de kilomètres (ou milles) et qui comprend une partie de la Basse-Ville du Vieux-Québec.

Le Château Frontenac est de loin la particularité la plus proéminente de la silhouette d'ensemble ou du profil caractéristique de la ville de Québec. Il est également devenu le principal symbole de la ville de Québec, reconnu partout à travers le monde. Ce magnifique hôtel ainsi que la terrasse Dufferin, située juste en face du Château Frontenac du côté du fleuve Saint-Laurent, s'harmonisent étonnamment bien avec les hautes falaises sur lesquelles ces structures stupéfiantes sont toutes les deux perchées.


Vous pouvez voir ici pourquoi le mot « majestueux » est bien le mot juste pour qualifier le Château Frontenac. Il a été proclamé « l'hôtel le plus photographié au monde ». La structure en forme de mur surélevé que vous voyez juste en face du Château Frontenac et à même les hautes falaises fait partie de la terrasse Dufferin, laquelle complète le Mur fortifié du Vieux-Québec en tant qu'une de ses sections.
© Le 2 mars 2008 / Photo par Bernard Gagnon / Reproduite avec la permission reliée aux modalités de la licence « GNU Free Documentation ».
Source de cette image : commons.wikimedia.org/wiki/File:Ch%C3%A2teau_Frontenac01.jpg

Le Château Frontenac et la terrasse Dufferin constituent des structures qui ont toutes deux été conçues et construites à la fin du 19e siècle, à une époque où le Mur fortifié du Vieux-Québec était devenu pratiquement désuet en tant qu'élément clé du système défensif de la ville de Québec et du Canada, en raison de l'évolution de la technologie militaire. De sorte que la principale préoccupation à cette époque, c'était l'embellissement urbain, et non pas l'amélioration du système défensif de la ville de Québec. Cette nuance explique aussi la raison pour laquelle le Château Frontenac a été construit en tant qu'hôtel grandiose et la terrasse Dufferin en tant que promenade impressionnante.


Cette vue aérienne vous offre un autre regard sur le Château Frontenac ainsi que la terrasse Dufferin. Conçu à la fin du 19e siècle par l'architecte américain Bruce Price à la manière d'un « hôtel de style château » inspiré par de splendides châteaux en France, le Château Frontenac a officiellement ouvert ses portes en 1893 et a été constamment amélioré par la suite. Conçue par Lord Dufferin, la terrasse qui porte son nom est une promenade des plus agréables qui remonte à 1879.
© Le 12 septembre 2009 / Photo par Vanou dans « Vanou's Photostream » / Identifiée de la façon suivante : ID Cesna-2009-09-12-9.
Source de cette image : flickr.com/photos/vanou/3913299103/

Mais ce ne fut pas toujours le cas. En remontant aussi loin dans le temps que 1620 pour les Forts Saint-Louis et 1648 pour les Châteaux Saint-Louis, ces structures ont été construites, améliorées et reconstruites à partir du même endroit où se trouvent le Château Frontenac et la terrasse Dufferin de nos jours. Elles étaient considérées à leur époque comme faisant intégralement partie du Mur fortifié du Vieux-Québec et aussi comme des éléments clés du système défensif de la ville de Québec (quand la ville de Québec comme telle se trouvait essentiellement là où le Vieux-Québec se trouve aujourd'hui). Les quatre différents Forts Saint-Louis furent les « ancêtres » directs du Mur fortifié du Vieux-Québec. Quant aux deux différents Châteaux Saint-Louis, ils servirent de siège pour le pouvoir exécutif de la colonie pendant près de 200 ans, permettant à 32 des 40 gouverneurs ou gouverneurs généraux aussi bien français que britanniques, durant cette longue période de temps, de les utiliser l'un après l'autre en tant que résidence officielle.


Cette image vous montre exactement (dans la partie en rouge vers laquelle se dirige une ligne pointillée avec une flèche) l'endroit où les Forts Saint-Louis (à leur point d'origine) et les Châteaux Saint-Louis étaient situés pendant plus de 200 ans, soit de 1620 à 1834, par rapport à l'emplacement du Château Frontenac et de la terrasse Dufferin de nos jours. Pour cette raison, ce site spécial a fait l'objet de fouilles archéologiques en profondeur depuis la fin du 20e siècle.
© 2005 Parcs Canada / Dépliant intitulé « Forts et Châteaux Saint-Louis » / Page 4 / Graphique reproduit avec la permission de Parcs Canada.

Le choix du mot « Château » dans le nom du prestigieux hôtel « Château Frontenac » a contribué à renforcer le souvenir de la perte du Château Saint-Louis, après qu'un incendie ait détruit le dernier Château Saint-Louis en 1834. En 1838, ses ruines ont finalement été démolies et il a été remplacé par la terrasse Durham... qui a par la suite été agrandie et a fini par devenir la terrasse Dufferin en 1879. Le choix du mot « Frontenac » dans le nom du majestueux « Château Frontenac » fut fait en l'honneur de Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, qui fut gouverneur de la Nouvelle-France de 1672 à 1682 et aussi de 1689 à 1698. Il était effectivement gouverneur de la Nouvelle-France lorsque les Français ont gagné la Bataille de Québec contre les Britanniques en 1690, après qu'il ait donné ce fameux message à un émissaire envoyé par Sir William Phips, l'amiral britannique qui le sommait de se rendre : « Non ! Je n'ai point de réponse à faire à votre général… que par la bouche de mes canons et à coups de fusils ! ».