Québec

Le 3e Fort St-Louis et le 1er Château St-Louis

Après l'Occupation de Québec,
Montmagny fait construire
le troisième Fort Saint-Louis
et le premier Château Saint-Louis

(1636 à 1688)

Le second gouverneur de la Nouvelle-France, Charles Jacques Huault de Montmagny, arrive à Québec en 1636.

1636 — Conscient de l'importance stratégique du deuxième Fort Saint-Louis et de la reddition de Québec forcée par les frères Kirke en 1629, Montmagny veille rapidement à ce que les remparts de ce deuxième Fort Saint-Louis soient renforcés avec des pierres à la place des murs en bois construits à l'origine par les hommes de Champlain. Cela conduit à ce qui est considéré comme le troisième Fort Saint-Louis. Cependant, ce travail particulier ne sera complété que quelques décennies plus tard.

1643 — La première série de Guerres franco-iroquoises fera rage de 1643 à 1667. Mais ces guerres ne provoqueront pas d'améliorations au système de défense de Québec ni à son Mur fortifié « par elles-mêmes ». Les batailles et les attaques de ces Guerres franco-iroquoises vont prendre place loin de la ville de Québec et vont surtout être causées par les Iroquois qui vont revendiquer de régir la traite des fourrures.

1648 — Montmagny supervise la construction d'une nouvelle résidence pour le gouverneur de la Nouvelle-France, dans la Haute-Ville du Vieux-Québec. Cette nouvelle résidence va remplacer la deuxième Habitation fortifiée de Champlain, dans la Basse-Ville du Vieux-Québec. Le premier « Château Saint-Louis », comme il est nommé, est terminé durant cette année. Il s'agit en fait d'un bâtiment en pierre à un seul étage, mesurant 26,2 mètres x 7,3 mètres (86 pieds x 24 pieds) et recouvert d'un toit en bardeaux.


Cette illustration datant de 1683 vous offre une excellente vue sur le troisième Fort Saint-Louis et le premier Château Saint-Louis, dans la seconde moitié du 17e siècle. Le premier Château Saint-Louis est en fait un bâtiment en pierre à un seul étage recouvert d'un toit en bardeaux tandis que le troisième Fort Saint-Louis prend déjà la forme d'un Mur fortifié « qui entoure » d'autres constructions. Cette illustration vous montre aussi une beaucoup plus grande utilisation de pierres pour les murs ou « remparts » du troisième Fort Saint-Louis, par rapport aux deux constructions antérieures du Fort Saint-Louis qui étaient essentiellement faites de bois.
Crédit pour cette image : Bibliothèque et Archives Canada / Numéro d'accès 1993-287-149 / ICON101236 / Carte du Fort Saint-Louis en 1683 / Par Jean-Baptiste-Louis Franquelin.

1672 — Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau, devient gouverneur de la Nouvelle-France pour la première fois, de 1672 à 1682. Il sera de nouveau gouverneur de la Nouvelle-France de 1689 à sa mort, en 1698.

1680 — Les caractéristiques architecturales du troisième Fort Saint-Louis et du premier Château Saint-Louis n'ont que très peu changé et ne changeront que très peu, entre 1648 et 1688. Seules de légères modifications y ont été apportées ou y seront apportées durant cette période de temps. Toutefois, le premier Château Saint-Louis est agrandi en 1680 et au cours des quelques années suivantes.


Cette carte de la ville de Québec en 1664 vous donne une bonne idée du plan d'ensemble de Montmagny pour l'avenir de cette ville, avec la construction du troisième Fort Saint-Louis (commencée en 1636) et du premier Château Saint-Louis (en 1648). Il est important de noter sur cette carte le tracé des rues dans la Haute-Ville du Vieux-Québec, avec un aménagement urbain qui les fait toutes converger vers le Fort Saint-Louis. Le côté ouest de la ville de Québec sur cette carte vous montre le Mur fortifié du Vieux-Québec avec de nombreux bastions (que vous pouvez voir au haut de la carte). Mais il s'agit là de quelque chose qui n'est pas encore réalisé à cette époque, même si cela figure sur la carte. Il faut donc comprendre par là que c'est ainsi que Montmagny souhaite que cette section du Mur fortifié du Vieux-Québec soit éventuellement réalisée.
Crédit pour cette image : Plan de Québec (1664) par Jean Bourdon / Numérisation d'une page du livre intitulé « Québec, ville coloniale française en Amérique : 1660 à 1690 » par Rémi Chénier / Études en archéologie / Archéologie et histoire / Lieux historiques nationaux, Service des parcs, Environnement Canada, Ottawa, 1991, page 34.
Source de cette image : fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Plan_Quebec_Bourdon_1664.JPG

1684 — La deuxième série de Guerres franco-iroquoises fera rage de 1684 à 1701. Tout comme la première série de Guerres franco-iroquoises, ces guerres ne provoqueront pas d'améliorations au système de défense de Québec ni à son Mur fortifié « par elles-mêmes ». Mais après 1684, les Iroquois vont de plus en plus clairement devenir des alliés des Britanniques. Tout sera alors en place pour que survienne un affrontement majeur mettant aux prises les Français en compagnie de leurs alliés amérindiens contre les Britanniques en compagnie de leurs alliés amérindiens (essentiellement des Iroquois). La ville de Québec et son Mur fortifié feront ainsi face au destin de se retrouver au centre d'un tel affrontement majeur à venir.


Voici ce à quoi ressemble la ville de Québec en 1688.
Crédit pour cette image : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d'archives de Québec (BAnQ-Québec) / Numéro d'accès E6, S7, SS1, P6820179 / Gravure par Jean-Baptiste-Louis Franquelin en 1688 / Copie de l'original préservée au Service historique de la marine, Bibliothèque centrale de Vincennes, France, Réf. Vol. 4040 B (6 bis) / Copie à : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d'archives de Québec (BAnQ-Québec) / Reproduite avec la permission de : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Centre d'archives de Québec (BAnQ-Québec).
Source de cette image : mcq.org/place-royale/en/themes.php?id=4